Comment choisir son VTT électrique ?

L’arrivée du vélo électrique a bouleversé les usages et conquis les réfractaires peu enclins à transpirer sur leur petite reine. Naturellement, cette démocratisation s’étend aujourd’hui au VTT.

vtt electrique plage

Le VAE, dans sa version tout terrain, est une opportunité d’ouvrir la pratique à un nouveau public prêt à se mettre au sport et à s’adonner à la balade sur les sentiers sans craintes d’avoir à fournir trop d’efforts, même s’il n’est pas question d’arrêter de pédaler. Le principe du VTT électrique, c’est que plus le pédalage sera puissant, plus l’assistance électrique sera importante. La conséquence, c’est qu’aborder les côtes marquées devient plus aisé.

Autre point fort du VAE tout terrain, les nouveaux modèles, en dépit de la présence d’une batterie, sont aussi légers et maniables que les VTT traditionnels. Lorsque vous vous apprêtez à acquérir un VTT électrique, pour ne pas être déçu de votre achat, prêtez avant tout attention à la qualité du moteur et de la batterie.

Le type de VTT

Vous êtes le mieux placé pour savoir quel type de cycliste vous êtes ou comptez devenir et à quel usage vous réservez votre VTT.

Pour les excursions en montagne ou sur des chemins rudimentaires, avec un nombre d’obstacles important, un VTT tout suspendu conviendra mieux car la fourche et l’amortisseur à l’arrière vous permettront d’absorber les chocs et de bénéficier d’un bon confort sur la selle. Si vous vous destinez à des trajets et balades en famille, sur des chemins bien tracés, un type de vélo plus simple, semi-rigide avec fourche avant sera parfait.

Le type de moteur

C’est un élément important. Les modèles les plus agréables sont ceux qui sont pourvus d’un moteur central. C’est le gage d’un vélo électrique au poids bien réparti, avec un centre de gravité bas. La maniabilité s’en trouve accrue, l’assistance électrique agit sur l’axe du pédalier et non au niveau du pneu (roue avant ou roue arrière suivant les modèles). Le résultat, c’est un meilleur rendement, reflet fidèle des efforts fournis.

La puissance de la batterie

Autre élément à prendre en compte, la puissance de la batterie. Elle vous donne une idée précise de l’aide que vous apporte l’assistance électrique, notamment en côte, où elle est la plus mise à contribution. Surtout, elle vous permet de monter sans effort important.

Une batterie 300 Wh dispose en moyenne d’une autonomie de 50 kilomètres, une batterie 500 Wh, voire plus, d’une autonomie allant de 80 à 150 kilomètres. Pour doubler cette autonomie, il est possible d’emporter lors d’un trekking une seconde batterie avec vous.

Il est également intéressant de savoir que la batterie se pose sur le cadre et est très discrète. Au cas où vous feriez des complexes et où vous ne souhaiteriez pas annoncer à vos compagnons de sortie que vous utilisez un VTT électrique, personne ne le remarquera.

Pour une utilisation optimale de la batterie, il est possible de la régler soi-même. Ainsi, pour une sortie longue distance, vous pouvez baisser le niveau d’assistance pour augmenter l’autonomie. Mais si votre batterie se révèle trop faible, vous serez frustré car elle ne vous apportera pas l’aide escomptée. Enfin, même si vous avez bien choisi votre batterie, de type lithium par exemple, pensez à la recharger avant chaque sortie et tâchez d’estimer le nombre de kilomètres que vous comptez effectuer pour éviter toute mauvaise surprise.

L’écran LCD

C’est le gadget qui vous permet de gérer votre batterie. Placé sur le guidon, c’est par son biais que vous réglez le niveau d’assistance. D’autres fonctionnalités sont disponibles selon les modèles. Lors de l’achat de votre VTT, vérifiez qu’il n’est pas trop volumineux, facile à manipuler quand vous roulez. Et, si vous envisagez de faire de longues sorties, donnez la préférence à un modèle qui intègre la fonction GPS.

La qualité des matériaux

Il en va pour le VTT électrique comme pour les autres vélos, même pour une utilisation de loisir : afin d’être sûr d’investir dans du durable, assurez-vous que les matériaux sont robustes, résistent aux chocs, que les moyeux permettent une bonne tenue de roue et des changements faciles, que les freins ne sont pas trop durs et les finitions soignées. Quand vous avez tout pesé, ne reste plus que le plaisir d’enfourcher votre VTT.

VTT électrique semi rigide ou tout suspendu ?